mercredi 7 mai 2008

Les enfants et l’autisme

Children and Autism – part 2

Article complet au format pdf à l’adresse :

http://www.racgp.org.au/afp/200710/19850

L’article est écrit par Manya Angley, professeur à l’école de pharmacie et des sciences médicales en Australie

Elle n’est ni pour ni contre les approches alternatives pour le traitement de l’autisme mais fait le point des recherches effectuées (date de l’article octobre 2007).

Les medecines complémentaires et alternatives (Complementary and alternative medicines (CAMs)) et les régimes alimentaires sont largement utilisé chez les enfants autistes, environ par 50% des familles (aux Etats unis et en Australie) étant donné que les traitements pharmaceutiques offerts par la médecine traditionnelle sont limités et souvent accompagnés d’effets adverses importants.

Elle fait un point non exhaustif sur les différentes approches et les quelques études scientifiques faites à leur sujet.

B6 et magnésium
Une étude de Kuriyama et al (pour chaque étude la bibliographie est donné dans l’article) comparant la pyridoxine contre un placébo a montrer une amélioration du QI verbal dans le groupe traité alors que d’autres études (Findling et al et Tolbert et al) n’ont pas trouvé de différences significatives.

Vitamine C
Une petite étude en double aveugle a indiqué une baisse des comportements stéréotypés chez les enfants recevant de la vitamine C.

DMG
Deux études en double aveugle n’ont pas démontré de différence entre le groupe prenant de la DMG et celui n’en prenant pas.

Omega 3 et omega 6
Une étude de cas et une étude comparative sans contrôle ont montré des bénéfices de l’utilisation d'acides gras chez les enfants autistes.

Mélatonine
Paavonen et al ont trouvé une réduction significatif du temps nécessaire à l’endormissement chez les enfants prenant de la mélatonine (étude sur 15 enfants autistes)

Probiotiques
Malgré le fait qu’aucune étude n’est été publié sur l’utilisation des probiotiques chez les enfants autistes, ils peuvent être utilisés pour restaurer l'équilibre de la flore intestinale et réduire les bactéries produisant de toxines qui peuvent contribuer à leurs problèmes intestinaux.

Vitamine B12
James et al ont effectué une étude dans laquelle ils ont administré des doses intraveineuses de vitamine B12 à 8 enfants autistes qui avaient des concentrations anormales de métabolites du cycle de la méthionine.
Cette supplémentation, coupée à une supplémentation en acide folique et bétaine a restauré le niveau normal de ces métabolites chez ces enfants.

Régimes alimentaires
Deux études sur le régime sans gluten et sans caséine ont été faites, avec des résultats contradictoires. Knivsberg et al ont trouvé des améliorations significatives alors que Elder et al n’ont pas trouvé d’amélioration.
D’autres régimes sont utilisés mais des études n’ont pas encore été faites.

Autres traitements controversés
Une seule étude sur l’usage du TTFD a été effectuée avec un nombre peu important d’enfants, indiquant une amélioration. Les autres formes de chelation n’ont pas été étudiées scientifiquement.
Des études ont été faites montrant l’évidence d’une déficience en Zinc chez certains enfants autistes. Yorbik et al ont trouvé des taux de zinc significativement plus bas que chez les contrôles sains. Le zinc à un rôle dans le système immunitaire, la production des neurotransmetteurs et a des propriétés antioxydantes.

Conclusions

Les conclusions de l’auteur de l’article sont que l’autisme est un trouble chronique pour lequel il n’y a à présent pas de guérison possible et elle est devenu la cible de traitements non conventionnels. Souvent désenchantés par la médecine traditionnelle qui semble faire peu de chose pour aider leur enfant, les parents se tournent vers les médecines alternatives et les régimes alimentaires. Il est important de discuter ces thérapies alternatives avec eux ouvertement et avec compassion (mon commentaire : si les médecins français pouvaient faire dans leur majorité au moins cela…). Bien qu’il faut prendre en compte l’impact émotionnel, financier et en temps de toute intervention, si elles ne font pas de mal à l’enfant, il peut y avoir des bénéfices, particulièrement si les interventions sont mis en places avec des prises en charges éducatives structurées comportementales et ou autres interventions éducatives. Cependant de larges études en doubles aveugles manquent encore pour juger de l'efficacité de la plupart de ces interventions.

1 commentaire:

annece a dit…

je vous remercie pour votre témoignage. grace au régime sgsc, aux compléments alimentaires et à une prise en charge psycho éducative, mon fils récupère peu à peu de ses troubles. et c'est aussi grace à vous.